Le 1er janvier, c’est d’ordinaire la date de la nouvelle année promesse de jours meilleurs. Comme si chaque nouveau matin du 1er janvier pouvait avancer vers un progrès collectif d’une vie plus douce. La crise sanitaire actuelle bouscule cette tradition intellectuelle. Il y a désormais un « mais » qui compte. Mais si la crise sanitaire est maîtrisée. Or cette étape relève pour une grande partie de l’inconnu. Le bon sens consiste à progresser par étape. La première étape, c’est de souhaiter une bonne santé, le respect de toutes les précautions nécessaires. Et selon un calendrier incertain, les « beaux jours » devraient suivre. Que 2021 apporte à chacun la santé et les satisfactions personnelles souhaitées.