Hier, 10 décembre, c’était la Journée internationale des Droits des animaux. La revendication majeure : les reconnaitre comme des êtres vivants à part entière. C’est un sujet majeur. La maltraitance sévit toujours trop. Nous vivons une période qu’une auteure qualifiait de « cauchemar d’inhumanité ».  En France, des animaux domestiques sont même parfois abandonnés dans des conditions d’une indignité totale. Il y a de nombreux domaines où des progrès considérables sont à effectuer. C’est le cas pour la reconnaissance de droits renforcés pour la protection d’animaux.