A mesure que les débats avancent, il y a un point de consensus : rendre du pouvoir aux instances publiques de proximité : les Communes et le Département. Ces réactions mettent aussi en évidence deux enseignements forts : 1) un texte ne balaye pas des siècles de réalités de vie sur le terrain. 2) Les réformes les plus efficaces doivent monter du terrain et non pas descendre de Paris. Dans ce contexte désormais, à quelques jours de la clôture du débat, la question qui s’impose c’est : quelles modifications majeures apportées et dans quel calendrier ? Ce qui montre d’ailleurs que des Communes ont actuellement probablement intérêt à actionner les minorités de blocages pour des transferts de compétences eau et / ou assainissement car la législation va évoluer.