A partir de demain interviendra à Paris la conférence « one planet summit« . C’est une initiative à la fois intéressante et suscitant de nombreuses questions. Intéressante, parce que tous les échanges sur ce dossier prioritaire méritent l’attention. En revanche, cette initiative suscite également des questions légitimes. En quoi cette conférence peut-elle résoudre des questions non traitées lors de la récente COP23 à Bonn ? Pourquoi des questions restent-elles sans la moindre réponse ? Pour deux raisons principales : d’une part, la définition du caractère contraignant qui peut accompagner la notion d’engagement. Sans volet contraignant, que signifie le mot « engagement » ? Et d’autre part, les finances allouées aux pays en voie de développement. Si la solidarité financière internationale n’intervient pas, comment ces pays peuvent-ils inverser d’actuelles tendances ? Tant que ces deux questions n’obtiendront pas des réponses concrètes, datées, contraignantes, les conférences internationales risquent de laisser des jours d’après bien insatisfaisants …