Un rapport publié tout dernièrement au Canada remet en question l’idée largement répandue selon laquelle la plupart des débris de plastiques en mer proviennent de sources terrestres. Ce rapport destiné à l’Académie nationale des sciences des États-Unis a analysé 2 580 bouteilles en plastiques échouées sur un territoire précis. Il a reconstitué la traçabilité des origines des bouteilles et il a conclu au fait qu’un pourcentage très élevé avait été fabriqué en Asie, essentiellement en Chine. Les flux marins ne permettaient pas de parvenir sur les côtes en question. D’où la conclusion que les rejets de navires étaient la probable cause principale et de loin.