C’est tout le débat de fond sur les effets de seuils lors de crises systémiques. Où existe-t-il des seuils de non retour ? Des scientifiques posent désormais cette question pour la forêt de l’Amazonie. Des scientifiques estiment que la perte de 35 % de surface déclencherait sa disparition. Environ 20 % de la forêt amazonienne, qui recouvre plus de cinq millions de km2 répartis sur sept pays, ont été rasés depuis 1970, en grande partie pour cultiver du soja, du bois, de l’huile de palme, des biocarburants ou l’élevage bovin. A quel moment l’écosystème amazonien pourrait ainsi basculer ? C’est une question très importante qui commence à beaucoup mobiliser les études scientifiques.