Les actions ne se nourrissent ni de photos ni de mots. Il faut des actes comme des moyens financiers et humains. Avec la rentrée, il y a un volet pratique pas assez évoqué actuellement qui est celui de l’impact des baisses des dotations d’Etat aux collectivités locales.

Hier, la revue Le Moniteur consacrait un article très détaillé à cette question. Il était notamment indiqué :

 » …

En 2014, les dépenses d’équipements (37,9 milliards d’euros), qui ne représentent qu’une part des dépenses d’investissement, ont diminué de 9,9% (moins 12,9% pour les seules communes/intercommunalités qui ont tout de même dépensé 28,2 milliards d’euros l’année dernière). Les subventions des départements aux communes ont baissé de 8,2%. Or le bloc communal (communes et intercommunalités) sont « en bout de chaîne », ont répété devant les députés plusieurs intervenants des associations d’élus lors de ces deux premiers jours d’audition. Il cumule baisse des dotations de l’Etat avec baisse des subventions des autres collectivités régions et départements.

Les mauvais chiffres ne s’arrêtent pas là. L’épargne nette des collectivités a fondue en 2014 : moins 14,4%. Sur la période 2011 au 31 décembre 2014, la baisse est de 28,9%. « En deux ans, la trésorerie des collectivités a été entamée de 6,660 milliards d’euros », a expliqué André Laignel, président du Comité des finances locales (organisme destiné à défendre les intérêts financiers des collectivités territoriales), mais aussi premier vice-président délégué de l’Association des Maires de France (AMF). 

Cette conjoncture se conjugue avec d’autres phénomènes depuis plusieurs années : plafonnement puis remplacement de la taxe professionnelle, instabilité législative sur les périmètres et compétences des différentes strates de collectivités, cycle électoral… Ce qui amplifie l’effet. Autre grande préoccupation pour les collectivités citée par Philippe Laurent, secrétaire général de l’Association des maires de France : en 2016, le produit de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) pourrait diminuer de 2,5% en 2016 par rapport à 2015, selon des projections de Bercy. ... ».

Cet investissement public local qui est désormais frappé de plein fouet par une baisse de régime, c’est quoi ?

Il peut revêtir de nombreux volets :

– de maintenance de performance d’équipements locaux,

– d’amélioration de performance d’équipements locaux,

– de création de nouveaux équipements,

… : dans toutes les hypothèses, c’est de l’argent public qui maintient une activité locale créatrice d’emplois de proximité. Ces emplois à leur tour vont alimenter le commerce local, les artisans locaux … Bref, c’est la chaîne de consommation qui est activée. C’est cette chaîne qui est le véritable moteur durable d’une activité économique. Jamais dans l’Histoire, une économie n’a créé des emplois quand l’investissement se réduit drastiquement. C’est une réalité qui mériterait d’être mieux considérée actuellement.

Pour prendre connaissance de tout l’article du Moniteur, cliquer sur le lien suivant : Le Moniteur.

Canalisations