Les récents débats sur la Conférence de Paris de décembre 2015 montrent la nécessité d’ouvrir un sujet important qui est celui des économies d’eau. En réalité, derrière cette approche globale, figurent des situations très contrastées.

Economiser l’eau, c’est d’abord lutter contre les gaspillages. Dans le secteur industriel, il est avéré sur la base d’études très sérieuses que des modifications de programmes peuvent entraîner des réductions considérables de consommation d’eau prélevée.

Dans le domaine agricole, l’irrigation mérite un examen en profondeur des techniques mises en oeuvre.

Dans le domaine de l’alimentation en eau potable des particuliers, la première mesure consiste à améliorer de façon périodique l’état des réseaux.

Mais, au-delà de ces mesures ponctuelles, le meilleur geste, c’est de reconnaître un juste prix à l’eau.

La tarification de l’eau est la méthode la plus efficace pour faire respecter l’eau.

Le prix est toujours l’une des composantes de la valeur d’un bien. Quelle est la valeur d’un bien gratuit ? Dans la structure mentale des individus comme dans la réalité économique collective, la gratuité d’un bien est rarissime parce que la gratuité revient à reconnaître que ce bien n’aurait pas de valeur. Progressivement, cette notion s’est tellement imposée que désormais même des biens immatériels ont un … prix.

La reconnaissance d’un prix ne signifie pas une injustice d’accès à un bien. Elle signifie que la justice d’accès au bien en question peut ou doit être corrigée par des mesures sociales d’accompagnement qui sont de la compétence des collectivités publiques. C’est d’ailleurs la logique qui progressivement est de plus en plus mise en oeuvre dans des domaines tels que l’enseignement ou la culture.

Cette réalité doit être regardée avec honnêteté et lucidité. Elle suppose d’étudier de façon plus précise les sources de gaspillages. Puis de définir les économies importantes qui peuvent être réalisées. Et enfin mettre en place des tarifications segmentées qui sont les meilleurs marqueurs quotidiens de la valeur de la ressource en eau.

Ce cheminement s’imposera dans les prochaines années. Plus il aura été traité de façon préventive et pédagogique, plus il sera efficace.