La « révolution des pailles » est engagée. Les pailles de plastique ont fait leur temps. Du petit café aux grandes chaînes de restauration, l’heure est à trouver des solutions biodégradables ou réutilisables. Tout dernièrement, c’était au tour de Starbucks d’annoncer le retrait des pailles de plastique jetables de ses succursales d’ici 2020, pour limiter la quantité de déchets qui finissent dans les océans. La chaîne de café optera pour des pailles en matière biodégradable, comme le papier, ou les bannira complètement en utilisant des couvercles qui ne requièrent aucune paille. C’est un pas important. Mais l’enjeu du plastique est bien plus global. Couvercles, touillettes, coton-tiges, ustensiles, bouteilles : la paille de plastique n’est pas le seul produit dans la mire des défenseurs de l’environnement. Ils espèrent que le mouvement anti-paille prendra de l’ampleur et incitera les gouvernants à agir. Au début du mois, Seattle est devenue la première grande ville américaine à interdire pailles et ustensiles en plastique dans ses cafés et restaurants. Le gouvernement britannique compte aussi interdire ces objets d’ici la fin de l’année. Un changement important dans des habitudes de consommation commence à s’engager. Nécessaire compte tenu du défi global des plastiques.