Alors que des réclamations vives interviennent de façon de plus en plus fréquentes notamment dans des villes d’Amérique du Nord sur des défaillances manifestes de performance de gestion des réseaux d’eau donnant lieu à des opérations médiatiques et contentieuses fortes, la situation en France est très différente.  En effet, les indicateurs de performance des opérateurs privés donnent les chiffres suivants :

– Eau potable

  • Taux de conformité des analyses bactériologiques : 99,6%
  • Taux de conformité des analyses physico-chimiques : 98,7%
  • Taux d’interruption de service non programmée : 3,1% pour 93% de la population desservie
  • Politique patrimoniale (réseau) : 62,2%
  • Indice d’avance de protection de la ressource : 60,4%

– Assainissement

  • Taux de conformité des rejets d’épuration : 82,3%
  • Taux de boues évacuées selon une filière pérennisée : 95%

– Indicateurs communs

  • Taux de réclamations : <1%
  • Taux d’impayés : forte progression depuis la mise en place de la loi Brottes : calculs détaillés actualisés en cours d’évaluation collective
  • Existence d’une CCSPL : 75% des cas