Suite à une déclaration de la porte-parole de la Maison Blanche hier soir, les polémiques redémarrent sur la position réelle définitive des Etats-Unis sur la COP21 et les conséquences collectives qui résulteraient d’un retrait. Depuis le début, des repères simples de bon sens sont manifestement écartés pour des interprétations politiques. 1) Si la COP21 avait été un traité au sens juridique, les actuelles incertitudes n’auraient pas lieu. 2) Comment imaginer que le retrait fédéral puisse être totalement compensé par la mobilisation d’Etats fédérés ? 3) Même un pays comme le Canada, mobilisé pourtant en faveur de la COP21, n’a pas respecté les objectifs d’étape. Ce sont des marqueurs très inquiétants.