A LA UNEENVIRONNEMENTTOUS

Climat : une étude très instructive

By 15 mai 2017 No Comments

L’agence météorologique de l’ONU va consacrer une année à l’Arctique, à partir du 2 ème  semestre 2017, puis une année à l’Antarctique qui s’achèvera à la fin du premier semestre 2019.

«Ce sont dans les régions polaires que le réchauffement planétaire dû aux émissions de gaz à effet de serre a le plus d’impact. L’Arctique et certaines zones de l’Antarctique se réchauffent deux fois plus rapidement que le reste du monde», a déclaré Thomas Jung qui préside le comité directeur de ce projet.

Ceci «entraîne une diminution de la couverture de neige et de glace et la fonte des glaciers», a-t-il ajouté et «les conséquences en sont ressenties dans d’autres régions du globe, comme en témoignent la hausse du niveau des mers et le bouleversement des régimes météorologiques et climatiques».

Ainsi, l’étendue maximale de la banquise arctique en mars a été la plus faible jamais enregistrée, selon M. Jung, relevant qu’il «en va de même pour l’étendue minimale de la banquise antarctique après la fonte du dernier été austral».

Il va devenir de plus en plus vital de disposer d’informations précises sur le temps et l’état des glaces de mer pour améliorer la gestion de la sécurité dans les régions polaires et au-delà.

Selon l’OMM, l’Arctique et l’Antarctique sont les régions les moins observées du monde et le manque de données de prévisions pour ces zones a des conséquences pour les autres parties du monde.

Cette étude devrait être très instructive et donner des chiffres précis pour permettre la sensibilisation et des actions contre le réchauffement climatique.