Dans une étude publiée par la revue scientifique Nature, une alerte est donnée sur l’évolution des forêts tropicales et de l’Amazonie. Actuellement, les forêts tropicales représentent 50 % des capacités mondiales de l’absorption de carbone (par des techniques de séquestration) mais approchent de la saturation. La capacité des forêts à capter le CO2 dans l’atmosphère par la photosynthèse est aussi entamée par la disparition d’arbres, pour cause d’incendies, de sécheresse ou de déforestation. Cette capacité chute très vite actuellement en Amazonie. Si ces tendances se confirment, les perspectives de l’Accord de Paris (COP21) sont présentées comme impossibles à respecter.