Semaine particulière avec la Conférence internationale à l’ONU sur le climat et avec la publication du rapport du GIEC. Une séquence temps marquée par une forte progression de la chaleur : c’est ce que vient déjà de vivre la planète de 2015 à 2019 selon les chiffres publiés par l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Le chiffre global donne une moyenne qui cache de fortes disparités régionales. Les pôles se réchauffent plus vite et les zones côtières sont plus rapidement menacées. La liste de mauvaises nouvelles sur l’état de la planète est longue et minutieusement détaillée par le rapport de l’OMM. Ainsi, la montée du niveau des océans s’accélère. Dans la dernière décennie, le rythme est passé à 4 millimètres par an, au lieu de trois par an, à cause de la fonte accélérée des calottes glaciaires aux pôles Nord et Sud, confirmée par de multiples études et observations satellitaires.