A la fin de l’été 2019, le temps des diagnostics pour des glaciers s’avère difficile. Face à la tendance globale des fontes, des épisodes caniculaires durables ont eu des effets particulièrement brutaux sur des glaciers situés entre 3 000 et 3 600 mètres d’altitude. C’est par exemple le cas pour le glacier de la Sarenne (Alpe d’Huez) qui a dû interrompre son ouverture au ski d’été. Une situation qui va changer significativement l’offre touristique de massifs de montagnes avec des conséquences lourdes sur l’économie locale.