Jusqu’à décembre 2015, date de la Conférence internationale de Paris, la mobilisation doit-elle être suscitée par des analyses toutes plus catastrophiques les unes que les autres oubliant, au passage, la formidable capacité d’adaptation de l’être humain ?

Maintenant, c’est New York annoncée sous les eaux en 2100 avec une chaleur correspondant à l’actuelle moyenne du … Texas. 

New York 3

Les avancées sérieuses ne peuvent être faites sous le coup d’un catastrophisme ambiant aussi extrême. Des pronostics qui font naître des polémiques incessantes, qui lassent l’opinion à la longue et altèrent la confiance de l’opinion dans les « experts ».

La surchauffe dans les catastrophes annoncées ne permet pas de résoudre la surchauffe climatique.

Il faut des annonces concrètes, accompagnées de moyens financiers solides.

Dans ce cadre, l’annonce hier de la mobilisation de grandes entreprises américaines est une étape positive.

Le débat sur le climat a d’abord besoin de raison assise sur des faits et des chiffres.

Quand l’émotion chasse la raison, les décisions sont rarement les bonnes dans la durée.