Hier n’a pas échappé à la liste des jours où des autorités scientifiques publient des chiffres d’alertes sur des évolutions du climat et les conséquences pratiques qui vont en résulter. En effet, hier, c’était le sujet du rythme de fonte des glaces et de la hausse du niveau des océans. Des images provenant de satellites de multiples agences spatiales ont permis de déterminer qu’entre 1979 et 1990, l’Antarctique avait perdu en moyenne 40 milliards de tonnes de masse glaciaire par an. À partir de 2009 et jusqu’en 2017, ce chiffre est passé à 252 milliards de tonnes chaque année. C’est une progression considérable. Hier, des chercheurs ont publié des conclusions d’alertes sur l’évaluation de la masse des glaces dans 18 régions de l’Antarctique. Le rythme évoqué ci-dessus a été confirmé. Mais aussi, voire surtout, l’information selon laquelle il n’y a plus aucun secteur qui échappe à cette fonte accélérée. Deux données essentielles d’une particulière gravité.