Publication d’une étude avec des résultats qui suggèrent que les risques d’extinctions d’espèces animales vont s’accélérer avec la hausse des températures du globe, pour « menacer jusqu’à 16% des espèces animales s’il n’y a pas de changement des politiques actuelles« , souligne Mark Urban, un chercheur du département d’écologie et de biologie de l’Université du Connecticut, le principal auteur de ces travaux publiés jeudi dans la revue Science.

Selon les dépêches de presse parues sur ce volet, les principaux enseignements de cette étude sont les suivants :

« …

Ce scientifique a analysé 131 études portant sur l’impact du changement climatique sur la faune et la flore, menées dans plusieurs régions du monde et selon différentes méthodes. Il a constaté que la perte de biodiversité s’accélérait pour chaque degré Celsius d’accroissement de la température sur le globe.

Selon l’hypothèse d’une augmentation de seulement 2°C des températures mondiales d’ici la fin du siècle par rapport à l’ère pré-industrielle, qui selon la plupart des climatologues est sous-estimée, cette dernière recherche a calculé que 5,2% des espèces seraient menacées extinction, contre 2,8% actuellement.

Avec une hausse de 3°C sur la même période, ce sont 8,5% des espèces qui pourraient disparaître. Si le mercure grimpe de 4,3°C d’ici 2100, ce serait alors 16% des espèces animales qui seraient menacées.

Variations régionales

L’auteur de cette étude a également conclu que le danger d’extinction variait selon les régions du monde, selon qu’elles sont plus ou moins affectées par le réchauffement.

Dans certains pays de l’hémisphère austral, où des habitats se réduisent sans possibilités pour des animaux, comme des reptiles et des amphibiens, de se déplacer suffisamment vite, les risques de disparition sont les plus élevés: jusqu’à 23% des espèces en Amérique du Sud et 14% en Australie et en Nouvelle-Zélande seraient menacées.

L’Amérique du Nord et l’Europe sont les régions où le risque est le plus faible, avec 5 et 6% respectivement des espèces en danger. Selon Mark Urban, 7,9% des espèces vont de toute manière disparaître à cause du réchauffement de la planète.

… ».

Cette étude s’ajoute à toutes les alertes majeures déjà lancées au sujet du réchauffement climatique.