Des responsables locaux de l’État d’Australie-Méridionale affirment que des troupeaux de dromadaires « extrêmement importants », en quête d’eau et de nourriture, menacent les réserves en eau de nombreux villages. Or, avec la sécheresse, ces villages sont déjà confrontés à des pénuries d’eau. Donc une décision historique d’abattages en grand nombre est prise.

Une situation de crise déjà créée par les incendies, puis par les carcasses d’animaux morts qui ont contaminé d’importantes sources d’eau.

Les dromadaires ont été introduits en Australie dans les années 1840 par les colons, qui les utilisaient pour l’exploration ou pour transporter des marchandises et des biens, avant la construction de lignes de chemin de fer.

L’Australie serait désormais le pays comptant la plus vaste population de dromadaires sauvages au monde, avec certaines estimations officielles faisant état d’un million de bêtes dans les étendues désertiques du centre.

La chaîne publique d’informations ABC rapporte que les dromadaires seraient abattus loin des villages et que leurs cadavres seraient brûlés.

Une situation de crise qui met en évidence toute la précarité de la chaîne classique d’équilibre de la biodiversité.