Chaque jour, c’est un chiffre supplémentaire qui tombe pour montrer l’ampleur du désastre. Ces dernières jours, c’est le chiffre d’arbres « historiques » dévorés par le feu. Historiques, car il s’agissait d’arbres particulièrement anciens dans des vallées. Depuis octobre, les incendies de forêt australiens ont fait 28 morts, détruit plus de 2000 habitations et brûlé 10 millions d’hectares, une superficie supérieure à celle de la Corée du Sud ou du Portugal. Des arbres classés au patrimoine mondial de l’humanité ont été partiellement détruits. Le nombre d’animaux brûlés bat des records historiques. C’est un inventaire précis qui doit être dressé pour que la communauté internationale prenne enfin conscience de l’ampleur des dégâts.